Session d’arpentage #3 – 16/12

Ste visuel arpentage #3 Avec « A l’Arrache », Quinoa te propose une lecture collective de « Sister Outsider » d’ Audre Lorde, publié en 1984.

Sister Outsider: Essays and Speeches est une collection d’essais et de discours écrits par Audre Lorde, écrivaine afro-américaine qui se concentre sur les particularités de son identité : femme noire, lesbienne, poète, militante, survivante du cancer, mère et féministe. Cette collection a eu un impact révolutionnaire dans le développement des théories féministes contemporaines !

Le livre invite notamment un certain féminisme ‘blanc et bourgeois’ à s’interroger sur ses propres limites. Ce sont les prémisses de l’intersectionnalité !

«Tandis qu’en chaque femme Noire, une part se souvient des usages d’autres temps en d’autres lieuxoù nous avions du plaisir à être ensemble dans une sororité de travail, de jeu, et de forced’autres parts de nous, moins fonctionnelles, se surveillent avec méfiance. Pour favoriser la division, les femmes Noires ont été éduquées à toujours se suspecter, rivales sans pitié en quête du rare mâle, récompense suprême qui légitime notre existence. Ce déni de soi déshumanisant n’est pas moins létal que la déshumanisation raciste, à laquelle il est étroitement lié.»

Jeudi 16/12 de 18h30 à 22h
en présentiel

Mundo-b, 26 rue d’Edimbourg 1050 Ixelles

>> Lien vers l’événement Facebook <<

Un arpentage, c’est quoi ?

ça déchire‘Arpenter’ un livre, c’est explorer collectivement son contenu pour s’initier à sa thématique. Concrètement, on déchire un livre en autant de parties qu’il y a de lecteurs et lectrices. Chacun-e lit son extrait. Cette pratique est apparue dans la culture ouvrière dès la fin du 19e siècle et a été développée par l’éducation populaire : une séance de lecture morcelée puis partagée permet à chacun-e de s’approprier l’œuvre et au groupe de se construire une culture commune. En déchirant, on désacralise et on retisse du sens et du lien !

 

 

 

Session « à l’Arrache » #3

Avec pour objectifs de découvrir des écrits d’auteur-e-s de tous horizons, par le biais de l’intelligence collective, mais aussi de s’outiller dans la déconstruction des différents mécanismes de domination, « A l’Arrache » propose à chacun-e de devenir acteur-actrice de sa lecture en la repartageant au groupe ! L’atelier permettra aussi d’explorer d’autres ressources -littéraires, multimédias, bd, cinéma, sonores- autour de la thématique, et réaliser une cartographie de ce qui a été co-construit durant la session.

En pratique :

  1. Inscris-toi ci-dessous, c‘est gratuit 😉
  2. Rendez-vous le soir de l’atelier, à Mundo-B, 26 rue d’Edimbourg 1050 Bruxelles) :
    -18h30 : intro thématique et pratique, présentation des participante-s ;
    -19-20h : lecture
    -20-22h : restitution

 

Nom *

Prénom *

Email *

Téléphone *

Adresse : Rue + Numéro *

Code postal + Ville *

Je serai présent-e à la prochaine rencontre :

 Oui, chouette !  Non, mais merci de me tenir informé-e des prochaines séances !

Remarque

Le Livre : Sister Outsider (1984)

Dans quinze essais et discours écrits entre 1976 et 1984, Lorde explore les complexités de l’identité intersectionnelle, tout en puisant dans ses expériences personnelles d’oppression : sexisme, hétérosexisme, racisme, homophobie, classisme et l’âgisme.

Le livre examine un large éventail de sujets, comme l’amour, l’amour-propre, la guerre, l’impérialisme, la brutalité policière, la formation de coalitions, la violence contre les femmes, le féminisme noir et les mouvements vers l’égalité qui adoptent les différences comme vecteur de changement.

Audre Lorde y jette les bases de la théorie de l’« oppression multiple » (intersectionnalité), qui sera développée quelques années plus tard par Kimberlé Williams Crenshaw, qui diffuse ce concept dans les milieux universitaires.

Le livre invite notamment le féminisme à s’interroger sur ses propres limites. Selon Lorde, les féministes défendent un modèle féminin « trop étroit ». Les femmes blanches ignorent ainsi leur  privilège d’être blanches et leur propre expérience ne permet pas de se battre pour toutes les femmes à cause d’un racisme intériorisé.. Ce qu’elle présente comme un féminisme blanc et bourgeois, exclurait donc de fait certaines femmes.

«Dans ce pays, nous, femmes Noires, avons toujours témoigné de la compassion envers tout le monde, excepté envers nous-mêmes. Nous avons pris soin des personnes blanches parce que nous devions le faire, pour la paie ou la survie ; nous avons pris soin de nos enfants et de nos pères, de nos frères et de nos amants. L’histoire et la culture populaire, tout comme nos propres existences, sont peuplées de récits de femmes Noires ‘‘compatissantes envers des hommes Noirs égarés’’. Nos filles et nos sœurs terrorisées, brisées, battues et assassinées portent en silence le poids d’un tel fardeau. Nous avons besoin d’apprendre à prendre soin de nous-mêmes, et à éprouver de la compassion envers les avec les autres.»Audre Lorde, Sister Outsider.

L’autrice : Audre Lorde

520px-Audre_LordeAudre Lorde  (1934 -1992) est une essayiste et poètesse américaine, militante féministe, lesbienne, engagée dans le mouvement des droits civiques en faveur des Afro-Américains. En tant que poètesse, elle est connue pour sa maîtrise technique et son expression émotionnelle, ainsi que pour ses poèmes exprimant la colère et l’outrage envers les discriminations civiles et sociales qu’elle observe tout au long de sa vie. Ses poèmes et sa prose sont centrés sur les questions des droits civiques, le féminisme et l’exploration de l’identité féminine noire. Elle est une des figures littéraires du Black Arts Movement. (wikipedia)

 

 

Quinoa – Parcours décolonial

Cet arpentage se déroule dans le cadre du parcours ‘décolonial’ de Quinoa.

Quinoa a déjà lancé plusieurs processus en interne, tels que les processus « genre » et « gouvernance », aboutissant notamment à une charte et à un rassemblement de bonnes pratiques, mais également à revoir le contenu et les sources de nos animations et à porter une attention constantes à ces questions. La question antiraciste et décoloniale était une évidence : parce que c’est au cœur de l’identité de Quinoa, avec l’approche interculturelle, la décolonisation des imaginaires, la pensée systémique et une perspective post-coloniale des relations partenariales, mais aussi au regard d’une vision intersectionnelle qui nous est chère.

En savoir plus