Regards croisés : « la répression que subissent les mouvements sociaux aux Philippines et au Mexique »

regards-croises-conferences-frayba-pdg

Dans le cadre de l’accueil de ses partenaires au « Sud », Quinoa profite du passage de Ben Ramos, représentant de PDG aux Philippines et de  Pablo Alejandro Ramírez représentant de FRAYBA au Mexique, pour organiser une conférence-regards croisés sur la répression que subissent les mouvements sociaux dans les pays concernés.

Les Philippines et le Mexique font régulièrement parler d’eux en matière de répression des mouvements sociaux. Aux Philippines, les meurtres extra-judiciaires de nombreux-ses activistes sont monnaie courante. Comment évoluera le pays suite à l’arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte qui semble vouloir tendre une main aux mouvements sociaux mais qui inquiète par ailleurs avec des propositions liberticides tel que octroyer à la police le droit de « tirer pour tuer » ? Au Mexique, une guerre de basse intensité est menée par le gouvernement depuis des décennies contre les communautés indigènes et plus spécifiquement contre le célèbre mouvement zapatiste. La répression s’étend également à d’autres catégories de la population comme le démontre le récent massacre d’étudiant-e-s à Ayotzinapa. Dès lors, quels sont les recours possibles pour les mouvements sociaux lorsque la répression semble institutionnalisée ?  Du Mexique aux Philippines, les points communs entre les techniques de répression laissent à penser qu’il existe une science en la matière. Mythe conspirationniste à éviter ou réalité à affronter ?  Nous tenterons d’y voir plus clair avec nos deux partenaires de Quinoa qui œuvrent sur le terrain depuis de nombreuses années.

Petite présentation des partenaires invités:

Ben Ramos :  PDG est actif sur l’île de Negros dans les Visayas aux Philippines depuis la fin des années 80. L’ONG y développe une expertise d’aide juridique pour les associations paysannes et un soutien pour l’obtention de titres de propriété dans un contexte de lutte pour la terre et d’oligarchie foncière. PDG est impliqué dans des campagnes dénonçant les nombreux meurtres extra-judiciaires perpétrés ou commandés par les pouvoirs institutionnels. PDG accompagne également les communautés paysannes pour une transition vers une agriculture durable visant la souveraineté alimentaire.

Pablo Alejandro Ramírez : FRAYBA agit au sud-est du Mexique, dans la province du Chiapas où depuis plus de vingt ans, les communautés indigènes  résistent au rouleau compresseur néolibéral. On y trouve évidemment le mouvement zapatiste qui inspire les résistances du monde entier.  FRAYBA accompagne les communautés locales au niveau juridique et envoie des missions d’observation là où la guerre de basse intensité menée par le gouvernement et les paramilitaires à sa solde sévit le plus gravement. Quinoa participe modestement à ce travail en formant les candidats à ces missions d’observation.

Langue de la conférence ?

Anglais

Où et Quand?

Le 12 octobre à 18h30 à Mundo B – 26, rue d’Édimbourg à 1050 Ixelles. Station de métro Porte de Namur.

Infos et inscription souhaitée à info@quinoa.be ou par téléphone au 02 893 08 70

Partagez l’événement sur Facebook !


regards-croises-conferences-frayba-pdg-en

From October, 3rd to October, 13th Quinoa welcomes her partners from the « South » and takes advantage of the passage of Ben Ramos, representative of PDG our Filipino partner and of Pablo Alejandro Ramírez representative of FRAYBA in Mexico, to organize a conference “crossed views” on the repression of the social movements in the concerned countries.

We often hear about the Philippines and Mexico regarding repression of the social movements. In the Philippines, extra-judicial murders of numerous activists are common practice. How will the country evolve after Rodrigo Duterte’s accession to power, who seems to lend a hand to social movements and in addition is giving the police the extensive power to “shoot-to-kill”? In Mexico, a war of low intensity against indigenous communities and more specifically against the famous Zapatista movement has been led for decades. The repression also extends to other population groups as the recent massacre of students in Ayotzinapa demonstrates. What therefore are the possible recourses for social movements when repression seems to be institutionalized? From Mexico to the Philippines, there are many commonalities of the repression methods. Shall we avoid conspiracy theories or face reality? We will discuss these points with Quinoa’s two partners who have been working in the field for several years.

Small presentation of our guests:
Ben Ramos: PDG has been active on Negros Island, Visayas, Philippines since the early 80s. It provides legal assistance and expertise to farmers associations and helps them acquire ownership titles in a context of struggles for land and landed oligarchy. PDG has been involved in campaigns denouncing the numerous extra-judicial murders committed or commanded by the institutional powers. PDG also accompanies farmer communities for a transition towards a sustainable agriculture aiming food sovereignty.

Pablo Alejandro Ramírez: FRAYBA is operating in the province of Chiapas, southeast Mexico, where indigenous communities have been resisting to the hostile steamroller of neoliberalism for more than twenty years, which gave birth to the Zapatista movement and inspired numerous resilience initiatives around the world. FRAYBA gives legal support to local communities and sends observation missions in regions where a low intensity war is led by the Government and its paramilitary groups. Quinoa modestly participates to their job by training candidates to those observation missions.

Language ?

english

When and where?

On the 12 of october at 6:30 à Mundo B – 26, rue d’Édimbourg – 1050 Ixelles. Metro station « Porte de Namur ».

Infos and registration required  info@quinoa.be or on 02 893 08 70

Share event on Facebook !