La désobéissance s’expose

Une fois n’est pas coutume, plutôt que vous engager à ‘sortir dans la rue’, on vous invite à entrer au musée… pour y explorer l’art de la contestation. En septembre, trois expositions -« Resistance », « Get up Stand up! » et « Us or Chaos »- mettent à l’honneur la désobéissance civile, l’insoumission, la protestation… et questionnent notre capacité d’agir et le rôle de l’image dans la construction des idées !

1484-1600x1067 

Get up ! Stand up ! @MIMA (Bruxelles)
Une très inspirante collection d’affiches conçues, dès la fin des années 60′ dans des ateliers de sérigraphie, par des étudiant·e·s, des activistes, des adeptes de la désobéissance civile qui s’inspirent des préceptes pacifistes de Gandhi,  Thoreau, Martin Luther King. Des gens du peuple, qui s’emparent de la rue et placardent les façades pour dénoncer la répression -celle des CRS à Paris, de Nixon à Washington, de tout ce qui va à l’encontre du respect des droits civiques, des minorités-. « Avec ces affiches, les jeunes ont désormais la possibilité d’exprimer leurs idées, leurs espoirs, leurs révoltes, sous une forme spontanée et immédiate » (Michaël Lellouche).  L’exposition établit le lien avec la contestation populaire actuelle, s’exprimant au travers du street art & des réseaux sociaux. Si la société a évolué, les enjeux sont identiques : écologie, droit des minorités, paix, travail, féminisme…

 

Affiche_resistance_297x4202-480x679Resistance @La Centrale (Bruxelles)
RESISTANCE explore la manière dont la contestation  s’inscrit dans le corps des œuvres d’art. En présentant un dialogue entre des œuvres historiques de 68 et des œuvres contemporaines d’artistes belges et internationaux, elle réfléchit cette ouverture qui eut lieu autour de 68 et à laquelle l’art contemporain est toujours affilié. Au fil de l’exposition,  le rôle de l’artiste est questionné, comme acteur-actrice d’une pensée révolutionnaire, entre résistance et contestation.

large_portrait

Us or Chaos @BPS22 (Charleroi)

US OR CHAOS, « Nous ou le chaos », rassemble une quarantaine d’œuvres, majoritairement choisies dans la collection de l’association a/political, qui collabore avec des artistes traitant des problématiques socio-politiques mondiales, dont elle produit les projets. Inspirée de la réplique lancée par un policier anti-émeute à un membre du collectif d’artistes espagnol·e·s Democracia, l’exposition se déploie entre différentes méthodes de contrôle et d’intimidation -poursuites, emprisonnement, etc.- et diverses stratégies de résistance.