Greenwash : Action du 27 mars contre Syngenta au Forum pour le futur de l’agriculture

Greenwash

Ce mardi 27 mars avait lieu l’ouverture du Forum pour le Futur de l’Agriculture (FFA) organisé par Syngenta, un géant de l’agrochimie. Une trentaine d’activistes étaient au rendez-vous pour dénoncer cet événement comme étant une tentative de greenwashing et d’influence des décideurs politiques. Les Brigades d’Actions Paysannes, la FUGEA, le MAP et une dizaine d’associations accusent Syngenta de pousser ce modèle à bout de souffle.

Un « greenwash gratuit » (écoblanchiment), c’est ce que proposaient les activistes vêtus de vert aux participants du FFA pendant que d’autres brandissaient et déroulaient des banderoles où on pouvait y lire des slogans comme : « Bienvenue au pays des lobbies » ou « Pas de futur pour l’agrobusiness ». 2

L’objectif de cette action était de dénoncer l’envers du décors de ce Forum. Le FFA se veut ouvert au dialogue sur une rencontre entre l’agriculture et l’environnement. Difficile à imaginer lorsqu’on sait que Syngenta, qui est à l’origine du FFA, mène des actions nocives envers ces deux secteurs.

Nous pouvons citer quelques exemples d’actions que mène et/ou soutien Syngenta. L’entreprise poursuit actuellement la Commission européenne en justice pour empêcher l’interdiction partielle des insecticides néonicotinoïdes bien qu’il ait été démontré que ce produit participe à la disparition des abeilles. On la retrouve également comme membre, aux côtés d’autres multinationales, de l’European Risk Forum (ERF) dont le but est de faire passer à la trappe le principe de précaution en Europe.

Cette mobilisation a suscité divers réactions et témoignages :

Frédérique, membre des Brigades d’Actions Paysannes,

Le futur de l’agriculture ne se trouve pas dans un forum organisé par l’agrobusiness. Ce futur est déjà à l’œuvre dans les champs du monde entier. Des agriculteurs mettent en pratique l’agroécologie, et les citoyens leurs emboîtent le pas en organisant une distribution locale, en circuits courts. Ce sont ces alternatives que nos responsables politiques doivent favoriser, chez nous comme au ‘Sud’.”

Philippe Duvivier, président de la FUGEA, syndicat agricole,

Nous, les agriculteurs, étions dans la rue le 19 mars pour protester contre le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur, qui mettrait notre travail et la qualité de notre alimentation en péril. De son côté, Syngenta pousse activement pour que ces traités voient le jour. Cette entreprise n’est pas une alliée de l’agriculture.”

Patrice Sagbo, membre d’Action pour le Développement Durable (ADeD-ONG) un de nos partenaires au Bénin :

« Que ce soit au Sud et/ou au Nord, les ennemis sont les mêmes. Nous avons besoin d’une vrai solidarité pour libérer la planète, la mère-nature et l’humanité des pièges et griffes de ces prédateurs. Nul n’a le droit d’utiliser des <aliments> comme armes contre les peuples. Nous sommes ensemble. En avant! »

C’est un message positif sur lequel terminer cette journée de mobilisation. Agissons et mobilisons nous ensemble!