Susan George – les usurpateurs

 

Les usurpateurs. C’est ainsi que, dans son dernier essai, Susan George, nomme les Entreprises Transnationales (ETN). La célèbre chercheuse militante, présidente d’honneur d’ATTAC France et actuellement à la tête du Transnational Institute n’en est évidemment pas à son coup d’essai en matière de critique du pouvoir des ETN. L’ouvrage n’est pas non plus un puits de nouveaux concepts analytiques. Ce qui le rend attrayant est la qualité de la documentation fournie autant que les informations très actualisées mobilisées pour dénoncer les ETN et leurs stratégies en vue de s’arroger toujours plus de pouvoir dans la « gouvernance » internationale, concept qu’ils ont d’ailleurs eux-mêmes forgé, rappelle la chercheuse.

les usurpateursSusan George construit son analyse autour d’enjeux actuels comme l’évolution du cadre des Nations-Unies ou le Traité Transatlantique (TTIP). Elle y décrit l’histoire récente du cadre onusien en s’attardant tout particulièrement sur le « Pacte mondial » pour mettre en évidence l’infiltration de cette institution par le secteur privé et ce, jusque dans les processus de prise de décision. Elle revient sur les différentes étapes ayant consacré le passage d’une logique d’adoption de mesure contraignante à l’égard des ETN à celle qui fait d’elles des « Parties prenantes » auxquelles les États feront entièrement confiance en les invitant à suivre de manière volontaire quelques directives en matière de droits de l’homme.

Quant au TTIP, l’auteure présente en détails les différents acteurs privés dont les noms inconnus du grand public sont pourtant à l’origine de toutes les composantes controversées de ce traité commercial hors norme et dont l’adoption bouleverserait complètement la répartition du pouvoir entre les États et les ETN. Une des principales critiques à l’égard du TTIP est le manque de transparence sur les négociations mais les lectrices et lecteurs y trouveront justement un état des connaissances sur la question et nombre de références pour approfondir le sujet.

Enfin, Susan George aborde une autre stratégie mise en place par les ETN pour usurper le pouvoir publique : The Global Redesign initiative… jamais entendu parler ? Moi non plus ! Et pourtant, il s’agit ni plus ni moins, du cadre au travers duquel les ETN se sont fixé comme objectif de redessiner le monde. A l’ère des conspirationnistes, Susan George doit se défendre d’en faire partie et offre, une fois de plus, les clés de compréhension et les références à creuser en vue de mettre en lumière ce qui est tout sauf un délire. Cette « Initiative de restructuration mondiale », fut lancée dans le giron du Forum économique mondial de Davos et elle est déjà en place…Qui s’y cache ? Les plus grande ETN dont vous connaissez tous-tes les noms. Et si le TTIP était l’arbre qui cache la forêt ?

L’ouvrage termine sur le traditionnel chapitre écrit sur un ton optimiste pour rassurer les lectrices et les lecteurs sur les initiatives citoyennes toujours plus nombreuses et transfrontalières aux yeux de Susan George. Je ne vous cache pas que c’est un sentiment d’indignation profond qui demeure à l’instant de tourner la dernière page…Sempiternel défi que celui de rester informé sur les coulisses du pouvoir tout en n’affectant pas sa détermination à agir de manière optimiste….

Susan George, Les usurpateurs, Seuil, 2014

Disponible en prêt chez Quinoa

Un coup de Cœur d’Amaury Ghijselings