Rencontre – Népal, une nouvelle Constitution sous tension 10/12

photo 720 septembre 2015. Le Népal, petit pays himalayen ‘vissé’ entre l’Inde et la Chine devient la plus jeune république fédérale au monde, après la promulgation d’une nouvelle Constitution. Un événement perçu comme la prémisse d’une paix durable et ce après 10 année de guerre civile (1996-2006).

La promulgation de cette Constitution ne fait pourtant pas l’unanimité : elle a donné lieu à des manifestations de la minorité ethnique Madhesi, d’origines indiennes, se considérant marginalisée par la nouvelle Loi.

En pleine reconstruction -suite au séisme d’avril 2015-, le Népal doit aujourd’hui faire face à un blocus imposé par l’Inde, opposé à plusieurs clauses de la Constitution. Cette mesure affecte directement le Népal, qui s’approvisionne en Inde pour la totalité de ses besoins en combustible et pour un grand nombre de denrées…

Quelles sont les attentes nourries par les différentes tendances de la société civile népalaise à l’égard de cette Constitution ? Le blocus, une démonstration de force de la part de l’Inde ? Quels sont les impacts de ce blocus sur le processus de reconstruction ?  Quelle est la position de la Chine au cœur de ces tensions ?

Le point avec Gauri Pradhan, défenseur des droits de l’Homme au Népal, Président-fondateur de l’ONG Child Workers in Nepal -partenaire de Quinoa au Népal-, et Coordinateur international de LDC Watch.

Quand ? Jeudi 10 décembre 18h30 – 20h30

18h30 : accueil – 19h00 : début de la rencontre

Où ? Mundo-b, 26 rue d’Edimbourg 1050 Bruxelles – salle Fair Trade

En Anglais  (traduction simultanée en français sur demande)

Accès gratuit –  sur réservation (jusqu’au 8/12) – complétez le formulaire ci-dessous !

[contact-form-7 404 "Not Found"]
Gauri Pradhan est un défenseur des droits de l’Homme au Népal ainsi qu’en AsieDSC_1267 du Sud. Il est membre de différentes organisations –népalaises et sud-asiatiques- émanant de la société civile, actives dans les droits de l’Homme, la paix et le développement social. Il est par ailleurs Président fondateur de l’ONG CWIN -Child Workers in Nepal-, pionnière dans la défense des droits de l’enfant. Il a reçu plusieurs prix nationaux et internationaux pour son travail sur les droits de l’enfant au Népal, dont le UNICEF Global Leadership on the Rights of the Child en 2000. Il a également servi -de 2002 à 2005- auprès de la Central Child Welfare Board (CCWB),  l’organe national des droits de l’enfant au Népal. Pendant son service en tant que Commissaire et Porte-parole à la Commission Nationale des Droits de l’Homme (NHRC) en 2007-2013, il a contribué à la promotion et la protection des droits de l’Homme et de la justice de transition.

Le CWIN fut fondé en 1987 par un groupe d’étudiants militant pour la démocratie, les droits de l’homme et la justice sociale au Népal. C’est une organisation pionnière au Népal en matière de promotion des droits de l’enfant et de lutte contre l’exploitation de la main d’œuvre enfantine. L’Unicef récompensa son action en la nommant l’une des 52 organisations œuvrant pour le meilleur intérêt des enfants à travers le monde. Ses objectifs : la défense des droits de l’enfant et, tout particulièrement, de ceux qui vivent et travaillent dans des circonstances difficiles ; l’insertion des enfants des rues ; lutte contre le mariage des enfants, le travail forcé, la traite des enfants et le commerce du sexe ; l’accompagnement juridique des enfants. Ses domaines d’activités : programmes de socialisation, de soutien et de réhabilitation via des centres d’accueil pour les enfants à risques ; programme d’alphabétisation, programme anti-drogue, éducation sanitaire, soins médicaux, services juridiques, rencontres avec les familles  ; séminaires, conférences et manifestations pour sensibiliser l’opinion publique et les gouvernements.