Sobre las brasas, de Bénédicte Liénard et Mary Jimenez

Entre documentaire et fiction, Sobre las Brasas est un portrait d’une famille, trois générations, de l’Amazonie péruvienne. Nancy, mère de famille et personnage central, passe ses journées à fabriquer du charbon selon une technique ancestrale, dans l’espoir de faire vivre les siens.

Pourquoi vous parle-t-on de ce film, nous qui ne sommes pas critiques de cinéma ?

Parce que c’est un film qui s’approche un peu comme une immersion interculturelle. Si on débarque dans la salle de cinéma avec ses codes culturels, dans ce cas  avec une vision du cinéma héritée des blockbusters ou des séries telles que Ménagères désespérées, Sobre las Brasas paraitra lent et ennuyeux. Par contre, si on vient avec l’esprit ouvert et une envie de découvrir, ce film permettra d’animer de longues discussions vespérales (ce qui tombe bien, avec les jours qui raccourcissent).

 Derrière la simplicité de la vie de cette famille, se manifestent toute une série de tensions caractéristiques de notre système. En effet, à travers le combat de cette femme seule pour survivre et faire survivre les siens, on voit comment les dures « lois » du marché s’abattent sur les plus précarisés. Ecrasée par un système sur lequel elle n’a aucun effet, Nancy doit s’endetter,  travailler encore plus dur, sans avoir les moyens de se soigner ou de nourrir son fils… Coincée dans une forêt qui brûle petit-à-petit, entre les grands-parents qui ont envie d’une vie – ou du moins d’une mort – à la campagne et les aspirations du plus jeune vers un monde matérialiste et urbanisé, cette famille se retrouve coincée entre le rêve d’une vie qu’ils n’ont plus et celui d’une vie qu’ils ne peuvent atteindre.

Cependant, il ne s’agit pas d’un film misérabiliste. Il est réalisé avec un très grand respect des sujets, et les moments qui amènent du sourire, de l’espoir et de vraies réflexions sont nombreux. Le rythme du film semble se calquer à celui de la vie de cette famille et de la production du charbon. Les images et la lumière sont superbes. Bien que, comme tous les films, les réalisatrices nous proposent des morceaux choisis et mis en scène d’une réalité, Sobre las brasas réussi le tour de force de donner au spectateur l’impression d’être l’invité-e de cette famille.

Damien Charles

Le site du film