Pang et Monkey mix ne rappent pas que la carotte !

Avec une bonne dose d’humour et d’originalité, Pang et Monkey Mix interprètent un rap poivré à la sauce écologique. Ce mélange explosif donne naissance à « Les Potes à Jé », un clip made in Bruxelles.

Les potes à Jé, c’est d’abord une rencontre. Celle de quatre gars plutôt différents. L’un bosse dans la com’, l’autre à Greenpeace. L’un est maraîcher, l’autre est dessinateur. Quatre gars, apparemment opposés, qui se rencontrent dans un potager collectif et se découvrent des intérêts communs pour l’écologie et la musique urbaine. Gregory Boon et Raphaele Ferrando forment alors le groupe Pang et Adrien Delval, Monkey Mix. Jérémy Van Houtte, quant à lui, s’essaie à la réalisation de vidéos. C’est donc naturellement que l’idée jaillit. «Plus sur un délire qu’autre chose » nous confie-t-il.

Loin d’eux l’idée de surfer sur une vague ou d’être célèbres, ces beatmakers veggielovers veulent avant tout conscientiser les gens par le biais du rap. Tout n’y est pas que plaintes et accusations. Le rap peut aussi être positif. Avec le clip « Les potes à Jé », ils ne dénoncent pas mais proposent des initiatives pour tous les amoureux de la nature qui vivent en ville.

Potagers collectifs et autres permacultures, ils nous font découvrir un autre Bruxelles loin de de la pollution. Ils prônent le retour à la nature et à la terre en milieu urbain. Deux aspects fondamentalement contraires. «C’est un peu comme une forme de schizophrénie » avoue Jérémy. Mais une schizophrénie qui leur réussit assez bien.

Visible sur Youtube, la vidéo a déjà atteint plus de 40 000 vues. Elle circule surtout en Belgique, en France et même au Canada. Vu l’engouement, il est possible que cela débouche sur autre chose. «Un nouveau clip, par exemple, et cette fois-ci pourquoi pas en animation » informe Jérémy. En tout cas, une chose est sûre, on va entendre parler d’eux.

 

Leave a Reply