Histoires de lutte. La réforme foncière à Negros, aux Philippines

pdgAprès plusieurs années de recherche sur le terrain, Sarah Wright et Maria Diosa Labiste partagent les leçons d’une incroyable aventure sociale : la lutte des travailleurs agricoles de l’île de Negros aux Philippines pour leur droit à la terre.

Au travers de cette lutte, apparaît l’histoire d’une ONG locale, PDG, qui aura, pendant de longues années, accompagné, soutenu et partagé les tourments, les espoirs et les victoires de ces communautés.

Peace & Development Group débute en 1987 et est reconnue comme ONG en 1988. Elle a, dans un premier temps, concentré ses activités autour du soutien des travailleurs agricoles et des pêcheurs : ses fondateurs, sept travailleurs en développement, ont uni leurs ressources humaines et professionnelles afin de créer des structures communautaires viables, moteurs de développement social durable.

Très rapidement, PDG a élargi son champ d’action suite à l’augmentation de la pauvreté causée par la chute des prix du sucre et les violations continues des droits de l’homme par les grands propriétaires terriens et les militaires. Actuellement, PDG soutient des organisations locales ou des communautés en leur proposant, entre autres, des séminaires, débats, formations sur les thèmes de l’agriculture durable, la réforme agraire et l’accès à la terre, la protection environnementale, les soins de santé alternatifs… Leur mission étant de fournir des outils et du soutien aux initiatives locales afin de provoquer un changement social et des conditions de vie meilleures. PDG est devenue une référence en matière de riziculture durable, c’est à dire écologique et accessible aux petits paysans. Elle est à la base de la création de 13 fédérations paysannes. Ce travail de structuration et de mise en réseau est appelé le people’s empowerment.

En filigrane, l’histoire de ce peuple philippin marqué à tout jamais par son passé colonial : dans toute l’Asie, c’est aux Philippines que la répartition des terres est la plus inégale. Plus de 350 ans de colonisation espagnole, suivis de 50 ans de domination américaine, ont ouvert la voie à des modèles de propriété foncière, des « Haciendas » (c’est le moment encore actuellement utilisé aux Philippines pour décrire ce type de propriété…)

 

Les auteures :

Sarah Wright
Maitre de conférence et chercheuse en géographie et études du développement à l’Université de Newcastle (Australie), Sarah Wright est l’auteure de nombreuses publications sur la géographie de l’alimentation et les géographies autochtones. elle a a son actif 25 ans de collaboration avec des groupes communautaires aux Philippines, à Cuba, aux États-Unis et en Australie.

Maria Disoa Labiste
Maître-assistante au département de Journalisme de l’Université de Philippines, à Diliman. Avant de rejoindre le monde académique, elle travaillait comme journaliste communautaire. Elle a écrit des articles sur l’environnement, l’agriculture, les femmes, les droits humains et les mouvements populaires.

 

Cet ouvrage a été rédigé grâce à l’aide des travailleurs agricoles et communautaires de l’île de Negros.

Il a été traduit en Français grâce au soutien de Quinoa, ASTM et AutreTerre

Quinoa propose, chaque année, un projet international en partenariat avec PDG et les communautés paysannes de l’île de Negros. En savoir plus sur le projet de Quinoa aux Philippines.

Traduction : Odile Girard-Blaoké

Commandez le livre au prix de 15 euros (+frais de port) via info@quinoa.be