Projet Alternatives Locales

Bandeau PAL

Alternatives, résistances et solidarité pour la souveraineté alimentaire !

Inscriptions en ligne jusqu’au 5 mai 2017 (ou jusqu’à ce que le nombre de participant-es -10 à 12 personnes par groupe- est atteint). Pour toute question supplémentaire contactez Fatima !

Le Projet Alternatives Locales a pour objectif d’accompagner toute personne souhaitant transformer sa relation à l’alimentation dans une perspective de changement social. Nos modes de production, distribution et consommation sont directement en lien avec le mal-développement, la perte de la biodiversité et le réchauffement de notre planète. La solidarité avec les défis économiques, sociaux et culturels des peuples du Sud passent, plus que jamais, par la transformation de notre système alimentaire.

Réinventer notre alimentation, en renouant avec la terre et le monde paysan, permet à chacun-e d’avoir un impact positif et concret sur ce monde en crise ! Le Projet Alternatives Locales vous accompagne dans cette transition en présentant des alternatives de consommation écologiquement responsables et socialement justes. Il propose des pistes d’actions citoyennes accessibles pour promouvoir la souveraineté alimentaire au Nord comme au Sud.

DDh

En bref, le menu :

-En entrée : 4 modules de formation théoriques pour mieux comprendre les enjeux de la mondialisation. Lors de ces sessions, différents acteurs du monde agricole et associatif interviennent en prenant l’alimentation comme porte d’entrée, mais aussi comme moyen d’action.

-En pièce maîtresse : 3 modules d’immersions pratiques au cœur de projets alternatifs locaux. Potagers collectifs, fermes alternatives et ateliers culinaires offrent un aperçu des dynamiques sociales mises en place pour rendre notre modèle de développement plus juste, solidaire et soutenable ! (11 jours au mois d’août)

-En dessert : 1 journée d’action collective et conviviale en faveur de la souveraineté alimentaire.

Formation : mai à septembre

Concrètement, le Projet Alternatives Locales est accessible à toutes et tous (à partir de 18 ans). Les modules de formation théoriques se déroulent sur trois samedis répartis en mai. Les modules d’immersion se déroulent durant 11 jours en août et sont répartis en de 10 personnes chacun.

PAL

LE PROCESSUS COMPLET (programme sous réserve de modification)

LE MODULE DE FORMATION : 4 journées de rencontres avec des acteurs de la société civile ;
d’exposés & d’échanges collectifs des savoirs

Le ‘PAL’ débute par 4 journées de formation autour de… :

-La place de la consommation dans notre société

-Les impacts de notre système de consommation dans les domaines sociaux, écologiques et des inégalités entre le Nord et le Sud.

-Les alternatives au système agro-industriel.

  • Consommation et interdépendances (samedi 6 mai 10h-18h) : prendre conscience des liens entre notre consommation et la crise systémique avec le Jeu de la Ficelle comme outil pédagogique. Débattre des alternatives à notre système de consommation et aborder nos freins et moteurs d’engagements.
  • Découvertes d’alternatives urbaines (dimanche 7 mai 10h-18h) : découverte d’alternatives de production, de distribution et de gestion de déchets dans la ville. Avec la ferme du Chant des Cailles, l’asbl WORMS et le Réseau des Gasap.
  • La souveraineté alimentaire (samedi 20 mai 10h-18h) : prendre conscience des enjeux Nord-Sud liés à la libéralisation du commerce agricole avec le jeu Navatane comme outil pédagogique. Avec Stéphane Desgain, chargé de recherche et plaidoyer au CNCD. Découvrir comment soutenir le Droit à l’alimentation des peuples du Sud avec l’ONG FIAN.
  • Alternatives locales pour changement global (dimanche 21 mai 10h-18h) : Au travers du jeu pédagogique POTENTIA, nous clôturons la session de formation en interrogeant la pertinence, les forces et faiblesses des alternatives locales pour la souveraineté alimentaire. En quoi un potager collectif ou un groupement d’achat contribue-t-il à changer le monde ?  Vaut-il mieux changer notre modèle alimentaire en créant des alternatives citoyennes ou en faisant campagne pour changer les politiques publiques ? Et comment articuler ces différentes logiques de transformation sociale ?

Cette phase est essentielle : elle permet aux participant-es de prendre conscience de leurs places et de leurs rôles au sein de la société à l’égard de cette thématique, mais aussi dans le contexte plus général des relations Nord-Sud.

PAL

LES MODULES D’IMMERSION : 3 étapes de rencontres, de découvertes interactives et de volontariat autour de l’agriculture paysanne et biologique

ÉTAPE 1 : week-end d’ateliers pratiques avec le Début des Haricots

15 et 16 juillet ou 5 et 6 août, au choix)

Pendant deux jours, les participant-es sont amené-es à découvrir les initiatives et alternatives urbaines en matière de consommation et de production locale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Début de Haricots présentera les initiatives et alternatives urbaines qu’ils mènent en matière de production et de distribution. Des jardins collectifs au Groupement d’achat solidaire en passant par leur ferme urbaine, c’est tout un mouvement en faveur de la souveraineté alimentaire qui se construit grâce à leur énergie. Des ateliers thématiques permettront aux participants de s’initier au jardinage et de découvrir les fondements de l’agroécologie. Visitez le site du Début des Haricots

 

ÉTAPE 2 : immersion dune semaine en milieu rural, au cœur dune ferme alternative, soit :
-la ferme Larock du 5 au 11 juillet
-la ferme de Jambjoule du 14 au 20 août
-la ferme du Dôrloû -nouveau partenaire ! (sous réserve ! du 14 au 20 août)


jambjoule-2011-133

Ferme de Jambjoule : L’immersion se déroule dans la ferme de Bernard et Valérie, spécialisée dans la production de produits laitiers et l’élevage d’agneaux selon les principes de l’agriculture biologique. Située dans le Domaine Royal de Jambjoule, il s’agit avant tout d’une ferme familiale, où 4 enfants animent les journées autant qu’ils vous conseillent au potager ! Ces sept jours ont pour objectif de rappeler notre lien indéfectible à la terre ! Rencontres, échanges, pratique d’activités paysannes diverses… Cette étape met en valeur le rôle de l’agriculture paysanne locale dans notre quotidien, mais aussi sur la biodiversité et dans le contexte général des relations Nord-Sud. Visitez le site de la ferme de Jambjoule

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ferme Larock : l’immersion se déroule dans la ferme Larock située en province de Liège (Rotheux). La ferme existe sous forme familiale depuis 1927. Louis Larock en prend les rênes en 1986 et en fait un lieu vivant d’expériences sociales et agricoles. On y produit de la viande (bovine), du lait, du fromage, du beurre, du yaourt et des légumes selon les principes de la biodynamie. Les produits sont vendus sur place, ainsi qu’à des Groupes d’achats Communs. Actuellement, plusieurs personnes y habitent et s’organisent en copropriété grâce au soutien de la coopérative Terre-en-Vue. Les fondements de la biodynamie sont abordés avec Louis, ainsi que le rapport de l’homme à la nature et notre manière de concevoir le monde.En savoir plus sur la ferme Larock.

dorlou-5

Ferme du Dôrloû : Située dans le Pays des Collines (Province du Hainaut), la ferme du Dôrloû fonctionne en agriculture biologique depuis 1990. Ses exploitants, Freddy et Chantal Vander Donckt-Liagre, ont choisi de produire, transformer et proposer directement au consommateur le fruit de leur travail. Au programme de cette semaine : traite des vaches et transformation du lait en beurre et fromages variés. Nous soutiendrons activement le travail de maraîchage car la ferme désire approfondir cette activité. Nous passerons du temps au milieu des vergers pour récolter une diversité de fruits et surtout, nous échangerons avec nos hôtes sur les enjeux autour de l’agriculture en Belgique. La ferme dispose d’un camping qui nous accueillera dans les meilleures conditions !

Visitez le site de le ferme du Dôrloû

 

ÉTAPE 3 : week-end d’initiation aux savoir-faire culinaire avec Rencontre des Continents du 26 au 27 août

Après avoir découvert les modes de production, de transformation et de distribution alternatifs, Quinoa propose aux participants de se rappeler les saveurs d’une nourriture de saison, éthique, locale, solidaire et responsable. Deux journées (août) de cours de cuisine écologique et de réflexions sur l’environnement, la planète, les peuples du Sud… En résumé, une approche culinaire originale qui permettra une réappropriation sympathique, attrayante et concrète de l’ensemble des informations emmagasinées depuis le début du projet. Avec le recul, le groupe échange ses impressions sur les pistes d’actions découvertes. Nous débattons de leur pertinence, nous observons les engagements concrets pris par chacun-e au cours de l’année. Enfin, nous regardons l’avenir ensemble afin de pouvoir agir collectivement en faveur de la souveraineté alimentaire et de la solidarité internationale. Visitez le site de Rencontre des Continents

 

L’APRÈS-PROJET : journée de solidarité avec les dynamiques de résistances et d’alternatives locales en faveur de la souveraineté alimentaire (en septembre, date à convenir entre les participant-es)

Une journée entre les mains des volontaires qui s’organiseront collectivement pour apporter leur soutien à une dynamique collective de résistance ou à une initiative citoyenne alternative. A titre d’exemple : une journée de travail collectif dans une ferme urbaine, une action directe pour la souveraineté alimentaire, une bourse d’échanges de semences, un stand de burgers végétariens pour soutenir un marché fermier… Le champ des possibles est fertile !

EN PRATIQUE

Durée totale : 4 x 1 journée de formation ( 2 samedis + 2 dimanches en mai) + 11 jours d’activités répartis en août (voir détail des rubriques) + 1 journée de solidarité en septembre (1 samedi).

Conditions d’inscriptions : à partir de 18 ans – pas de limite d’âge. Groupe limité à 10-12 personnes !

Conditions de logement :

        • Module ferme (groupe 1 et 2) : les nuits se font dans une étable ou sous tente/à la belle étoile.
        • Module Début des Haricots (groupe 1 et 2) : nuit sous tente.
        • Module d’initiation culinaire (groupe 1 et 2) : logement dans une auberge.

Le coût : 215 € – Ce montant couvre :

        • Les frais d’inscription et de formation : encadrement logistique et pédagogique de Quinoa et des partenaires, et supports pédagogiques ;
        • Les frais relatifs à la phase d’immersion : nourriture et logement lors des 11 jours d’immersions, encadrement logistique et pédagogique de Quinoa et ses partenaires.

 

INFOS & INSCRIPTIONS

Inscriptions en ligne jusqu’au 24 avril 2017 (ou jusqu’à ce que le nombre de participant-es -10 à 12 personnes par groupe- est atteint). Pour toute question supplémentaire,

contactez Fatima par mail ou par téléphone au 02 893 08 70

ASSURANCE

L’asbl Quinoa contracte pour tous ses volontaires/participant-es une assurance « responsabilité civile exploitation et professionnelle ». Quinoa se dégage expressément de toute responsabilité pour tout dommage volontaire que des volontaires/participant-es se causeraient les uns aux autres ou qu’ils causeraient à des tiers.

ACCOMPAGNEMENT DE GROUPE POUR UN PROJET

Vous avez envie d’organiser un projet solidaire au Nord ? Quinoa peut vous accompagner dans cette démarche. Intéressé-es ? Envoyez-nous un descriptif de votre projet et de la façon dont vous souhaiteriez que Quinoa vous accompagne. Les dates, lieux et prix seront fixés avec le groupe.

POUR ‘NOURRIR’ SA CURIOSITÉ…
> Téléchargez

> Téléchargez

Le dossier du Projet Alternatives locales (photos, témoignages, infos complètes)

> Des photos

> On en parle

-Esmeralda Raskin « Projet Nord : pour un Sud meilleur » (2011)

-Amaury Ghyselings « De la consommation responsable à la consomm’Action » (2010)

-Céline Teret « Le changement dans notre assiette » (2009)

-Daniel Cauchy « Vers un nouvel équilibre alimentaire » (2008)

-La ferme de Jambjoûle (2011), ici et La ferme Larock (2012), ici.

> Des vidéos

Kokopelli, semences paysannes, semences d’autonomie


Les paysans et citoyens se mobilisent partout dans le monde pour sauvegarder les semences paysannes car elles sont une solution aux multiples crises environnementales actuelles. La bataille se joue aussi dans les tribunaux où Kokopelli essaie de faire reconnaître le droit de s’échanger librement les semences paysannes…

Cette vidéo fait partie de notre mini-série « Capsules Alternatives » ! L’objectif ? Sensibiliser aux inégalités Nord-Sud et aux impasses de notre modèle de développement, en présentant des pistes d’engagement alternatives, citoyennes et politiques, existant dans notre environnement social direct. A voir : le maraichage bio en ville (à la ferme de Neder Over Hembeek) ; les ‘semences d’autonomie’ de Kokopelli ; les jardins collectifs ; une interview de Miguel Benasayag ; Serge Latouche et la décroissance ; Le collectif des grosses légumes

Toutes les vidéos et les objectifs du projet ‘capsules alternatives’ sont visibles sur cette page !

Développement durable: l’asbl « Terre en vue » défend une agriculture durable


La ferme Larock est une ferme en polyculture élevage en biodynamie. Depuis quelques années, elle est gérée par un groupe de personnes et les activités se sont multipliées : élevage bovin et porcin, maraichage, boulangerie, fêtes, accueil de groupes… Pour pérenniser le projet et les activités, le collectif rachète progressivement les terres avec une coopérative : Terre en vue.

Une journée à la ferme du Dôrloû

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.