Brigades d’Actions Paysannes

FIAN Belgique, Quinoa, le MAP, le réseau des GaSAP, L’heureux nouveaux, FUGEA, Terre-en-vue, Paysans Artisans, Agricovert, Le Début des Haricots et Rencontre des Continents présentent les

logo BAP vert

ou la lutte pour la souveraineté alimentaire !

 

Depuis plusieurs décennies, l’agriculture paysanne subit des attaques tant de la sphère publique que de la sphère privée. Faute d’une politique agricole juste et ambitieuse et sous la pression des multinationales de l’agroalimentaire, 41 fermes par semaine mettent la clé sous le paillasson ou sont absorbées par une exploitation industrielle. Ce ne sont pas que des emplois paysans qui disparaissent, c’est le droit à l’alimentation, à la santé et à l’environnement de toute la population qui est touché !

 

persos chantier

Illustrations Jérémy Van Houtte

Les BAP, Kesako ?

Le souhait de citoyens et citoyennes de divers horizons d’agir en vue de défendre leur droit à l’alimentation, de développer l’agro écologie, de défendre l’agriculture paysanne et de promouvoir la transition…

Bienvenus chez les BAP !

Ce réseau d’appui citoyen à l’agriculture paysanne veut contribuer à l’avènement d’un modèle agricole fondé sur les principes de la souveraineté alimentaire.

En 1936, des citoyennes et citoyens ont jugé nécessaire de se mobiliser pour défendre la démocratie en Europe. Aujourd’hui, nous jugeons impérieuse la nécessité de se mobiliser pour sauver l’agriculture paysanne.

 

Vous avez dit “Brigades” ?

En effet, le terme « Brigades » n’a pas été choisi au hasard… que du contraire. Il fait référence aux Brigades internationales créées en 1936 pour lutter contre le fascisme en Espagne. Car se baptiser “Brigades”, c’est dévoiler que la menace qui pèse sur l’agriculture paysanne n’est pas un enjeu technique, mais bel et bien un enjeu politique !

S’engager en tant que “Brigades ”, c’est admettre l’existence d’injustices qui se jouent dans le domaine agricole.C’est affirmer que l’agriculture paysanne nous concerne toutes et tous. C’est mettre en évidence que les terres paysannes sont aussi les nôtres, car elles sont le socle d’une alimentation saine, mais aussi de la biodiversité et du climat.

Enfin, devenir brigadiste, c’est envoyer un message aux agricultrices et agriculteurs pour leur dire qu’ils-elles ne sont pas seul-e-s et que nous sommes prêt-e-s à nous retrousser les manches pour créer et résister à leurs côtés.

 

Ok…  mais, concrètement,  « de quoi s’agit-il » ?

Les BAP ont pour missions de répondre aux demandes d’agriculteurs et agricultrices ou d’organisations de la société civile. Pour alimenter cette idée, les brigadistes opèrent sur deux fronts différents :

  1. Travailler en chantiers !

chantier

Les interventions des BAP peuvent d’abord se faire via des chantiers : défricher une terre, couper le foin, récolter, installer une serre ou des bacs potages, éco construire, rénover un local de distribution en circuits courts…

Toutes ces activités ont pour objectif de « CO-CREER ». Elles visent à soutenir des fermes alternatives et des paysans engagés dans l’agro écologie et la consommation locale situées en milieu rural (parfois en milieu urbain).

Bon à savoir : Il est également possible d’être soutenu par les BAP lors d’initiatives liées directement au monde paysan.

Les premiers chantiers vont être lancés ! Le vendredi 31 mars, c’est l’action plantation d’oignons ! 18000 pousses attendent d’être semées au Potager de la Bergerie de Lisbelle. C’est la belle occasion, celle de travailler de manière collective et conviviale avec le maraîcher Guillaume Culot et les autres membres de la ferme.

  1. Mobilisations politiques !

manif

En plus des chantiers, les BAP ont aussi recours aux mobilisations : ici, le soutien prend une forme principalement politique. Le but de ces opérations est de « CO-RESISTER » face au système agroalimentaire actuel via des plaidoyers, des interpellations et des résistances. Ces mobilisations se construisent avec des organisations de la société civile (ONG, asbl) et des collectifs autonomes (groupes d’action directe et de désobéissance civile).

Quelques exemples de mobilisations : blocage organisé par des agriculteurs et agricultrices, action de fauchage OGM, mise en lumière d’une campagne au travers d’une saynète théâtrale, perturbation d’une assemblée générale d’une multinationale …

Le lancement des mobilisations commence avec celle du 28 mars, jour de la 10ème édition du Forum pour le Futur de l’Agriculture (FFA) à Bruxelles. Une coalition d’organisations paysannes (membres du mouvement La Via Campesina), d’organisations de la société civile et de citoyen.ne.s dénoncent ces  solutions bidons proposées par l’agrobusiness.

 

« Je souhaite connaitre les modalités d’inscriptions »  

Si vous voulez vous engager dans des actions menées par le BAP, ou simplement les découvrir, il suffit de suivre le site internet www.brigadesactionspaysannes.be. C’est là que vous trouverez tous les appels à chantiers et mobilisations.

S’engager en tant que brigadiste, c’est très simple : inscrivez-vous d’abord à la newsletter, puis vous recevez au maximum deux mails par mois avec les appels à action. Il suffit de vous y inscrire également… et en un clic ! Chaque ferme ou organisation ne peut lancer que deux appels par an. Vous ne travaillerez donc pas toujours au même endroit !

Mais ne vous inquiétez pas si vous ne pouvez pas participer à toutes les actions. Les BAP forment un mouvement souple et largement autogéré. Pas de stress non plus pour les appels urgents… une communication par mail et SMS vous sera faites.

Les brigades d’actions paysannes, ce ne sont pas que des chantiers et mobilisations. C’est aussi des rencontres régulières entre citoyen.ne.s motivé.e.s désireux de partager des moments conviviaux, d’ateliers et de formations.

Si vous êtes brigadistes et prêt.e.s à vous engager davantage dans le projet, vous pouvez également intégrer le groupe « dynamo » qui se charge de dynamiser le réseau, organiser les rencontres…

 

Les BAP : un truc en plus dans le mood « souveraineté alimentaire » ?

Oui et non … le but de ce réseau est de renforcer les liens humains entre tous.tes les citoyen.ne.s et les paysan.ne.s. Les enjeux alimentaires nous concernent tous, même si on ne veut parfois pas l’admettre !

Les Brigades d’Actions Paysannes travaillent en complémentarité avec d’autres initiatives également portées sur la transformation de nos systèmes alimentaires telles que :

  • Les GASAP et les GAS : un GASAP est un groupe de citoyen-n-es qui s’associe directement avec un producteur paysan pour acheter de façon régulière et à long terme, et ce en circuit court, de quoi se nourrir en produits de saison de qualité. Cela peut-être des légumes, mais aussi des fruits, du fromage, etc.
  • WWOOFING: cette initiative permet d’offrir de l’aide au travail de fermes biologiques en échange du couvert et du logis. L’aide fournie se fait sur une certaine durée.
  • Des formations pédagogiques diverses : qui permettent d’aller à la rencontre de paysans.nes et de mettre les mains dans la terre (Voir les formations de Quinoa, RDC, etc).
  • Les syndicats paysans : Les syndicats paysans apportent un soutien technique, administratif et politique aux agriculteurs et agricultrices. Ils jouent un rôle central dans l’élaboration des politiques agricoles, mais aussi pour la création de liens entre le monde paysan et les citoyens.
  • Les ONG/associations/ collectifs qui mobilisent régulièrement (notamment au sein du ReSAP).

 

La particularité des BAP, c’est d’ouvrir les portes du monde paysan aux citoyen.ne.s et de collaborer ensemble lors de brèves rencontres ponctuelles.

Ces initiatives citées plus haut offrent peut-être déjà cette occasion, certes…. Cependant, le site internet du BAP a tout-à-fait sa place dans ce processus de transformation car il permet de faciliter et centraliser les accès aux chantiers et les appels à mobilisation proposés par le monde paysan et associatif.

rejoignez nous

 

Info et Inscription sur le site brigadesactionspaysannes.be